On en parlait ici, faciliter continuellement la vie des consommateurs est l’un des facteurs clés de succès des distributeurs. De cette idée, Amazon a fait un mantra illustré à travers des services qui tendent à raccourcir toujours un peu plus la distance entre l’émergence du besoin du consommateur et l’acte achat : bouton « Acheter en 1-Click™ », abonnements du programme Amazon Family, etc.

Le géant du commerce va encore un peu plus loin avec ses Amazon Dash Button, un bouton qui permet de réitérer l’achat d’un produit déjà commandé d’une simple pression dans la « vraie vie ». Ce tout nouvel appareil, muni d’un bouton, d’une LED et d’un logo, sera distribué gratuitement aux membres Premium qui en feront la demande.

Ce bouton est un savant mélange des applications de commande mono-usages façon Push for Pizza dont il emprunte la simplicité d’usage, et des objets de connectés de commande mono-produit tels que Evian Smart Drop (dont on attend toujours le lancement officiel initialement prévu pour 2014).

Le concept n’est en effet pas nouveau. Déjà en 2012, la pizzeria Red Tomato à Dubaï avait créé un magnet muni d’un unique bouton qui, connecté au téléphone via bluetooth, permet de commander une pizza. Si le type de pizza doit être préalablement programmé par le distributeur, l’intérêt pour un achat d’impulsion est évident : j’ouvre mon frigo, il est vide, je ferme mon frigo et tombe nez à nez avec le magnet. Allez, c’est parti pour une pizza.

Attention, ce service ne doit pas être confondu avec Amazon Dash. Lancé en 2014, cette télécommande vocale et scannant les codes barres permet de remplir son panier d’achat mobile pour les produits alimentaires de Amazon Fresh et uniquement dans certaines zones (Seattle, New York et une partie de la Californie). En France, Chronodrive teste Izy depuis l’année dernière auprès de 150 foyers, un service équivalent qui est annoncé pour un déploiement prochain à plus grande échelle.

Dans le cas du Amazon Dash Button, il s’agit a contrario d’un bouton de commande immédiate et mono-produit. Connecté au wi-fi de la maison, chaque bouton est ainsi programmé pour commander un produit en particulier. Il répond donc à une logique de réapprovisionnement de produits du quotidien à la consommation récurrente. Les marques ne manqueront bien sûr pas d’être séduites par ce principe qui garantit un consommateur captif. L’idée est d’installer chaque bouton dans son contexte : le bouton de la lessive Tide collé sur la machine à laver, celui du papier Cottonelle dans les toilettes ou de la crème Olay dans l’armoire de la salle de bain, etc. (parmi les 18 premières marques à avoir leur propre bouton pour la phase de test). C’est en effet quand il utilise un produit et qu’il se rend compte qu’il va bientôt en manquer que l’idée du rachat germe dans l’esprit du consommateur. Dans le cas d’un achat peu engageant, potentiellement vu comme une corvée et dont le consommateur veut se débarrasser au plus vite c’est le moment idéal pour Amazon de se manifester.

Il est intéressant de noter que des précautions ont été prises pour éviter tout débordement dans l’usage. Une pression sur le bouton déclenche en effet une commande immédiate, mais aussi une alerte mobile qui permet d’annuler la commande si besoin. De plus, une seule commande est enregistrée à la fois (fonctionnalité qui peut être désactivée par l’utilisateur). Quiconque à des enfants chez lui comprendra par exemple que cela permettra d’éviter des situations fâcheuses telles que celle-ci :

Le Amazon Dash Button a-t-il un réel avenir ?
On peut encore douter que l’on trouvera dans tous les domiciles quantité de boutons disséminés un peu partout tels des encarts publicitaires intrusifs, voire même directement dans les machines elles-mêmes. Cependant il devrait y avoir des cas d’usage spécifiques plus attractifs. En particulier nous imaginons volontiers les situations où l’acheteur n’est pas forcément le cliqueur. Dans une collocation ou une entreprise par exemple, chacun peut ainsi s’assurer que la communauté n’est jamais à court de café, sans que personne n’aie à prendre la responsabilité.

Comme le résume très justement The Verge, Amazon Dash Button est probablement exemplaire de ce que produit le génie humain quand il rencontre sa fainéantise. Nous avions l’habitude de chasser et tuer notre nourriture, ou tout de moins de nous rendre jusqu’à un magasin pour l’acheter. Maintenant, nous n’avons plus qu’à appuyer nonchalamment sur un bouton.