Le Lab Digest, c’est la sélection hebdomadaire des liens et actualités qui nous ont interpellés : la clinique Oscar, les bitcoins chez Starbucks, la carte IGN des drones et comprendre le lien entre IA et GPU.

Oscar ouvre un centre santé à New York

Oscar est une startup fondée en 2013 et qui bouleverse le marché américain de l’assurance. Complètement à contre-courant des pratiques de son secteur elle grignote peu à peu les parts de marché en digitalisant de nombreux services, en offrant à ses assurés des consultations médicales, en donnant accès à des checks-up et de vaccins gratuits ou encore en donnant dès l’inscription des bracelets connectés de prévention qui convertissent l’activité physique en bons d’achat Amazon.
Oscar continue à ne rien faire comme tout le monde avec l’annonce de l’ouverture, ce mois-ci, dans le quartier de Brooklyn à New York, d’un centre de santé de près de 600 m² dans lequel ses assurés pourront consulter gratuitement des médecins, faire des analyses de laboratoire ou même prendre des cours de Yoga. Oscar estime que ce lieu pilote pourrait devenir la principale destination de soin et diagnostique de 3000 de ses 60000 membres new-yorkais.
C’est la preuve que la disruption, ce ne sont pas uniquement des startups qui digitalisent des offres et des services physiques. C’est davantage une question d’orchestration repensée de manière globale des points de contacts physiques et digitaux.

 

Payer son café en bitcoins
Le géant américain Starbucks a été l’un des précurseurs du commerce mobile en incluant très tôt le compte de fidélité et le paiement dans son application. Dès 2014, 15% des paiements dans ses points de ventes nord-américains étaient déjà réalisés via le mobile.
Alors que la crypto-monnaie peine encore à trouver des utilisateurs auprès du grand public, Starbucks tente sa chance en permettant à ses clients de payer en bitcoins depuis son application grâce au portefeuille virtuel iPayYou. Si les solutions pour payer avec des bitcoins sur internet ou même dans des magasins physiques existent déjà, il s’agit le plus souvent d’applications dédiées ou de site relativement confidentielles. C’est donc la première fois que le paiement via bitcoin est embarqué dans une application déjà présente dans la poche de millions de personnes à travers le monde. C’est un véritable test grandeur nature qui, s’il s’avère concluant, permettrait à Starbucks de rester un pionnier du retail.

 

Une carte IGN pour savoir où faire voler son drone
Séduit par l’engouement pour les drones de loisir, vous avez peut-être réussi à convaincre votre entourage de vous en déposer un sous le sapin. Maintenant, il s’agit de trouver un endroit où vous avez le droit de voler sans prendre un amende, et ce n’est pas une mince affaire, sachant qu’il est interdit pour un drone de loisir de survoler une zone habitée sans autorisation et qu’il existe de nombreuses autres exceptions (aéroport, zone militaire, centrale nucléaire, etc.). C’est pourquoi l’État a confié à la direction générale de l’aviation civile la réalisation d’une carte des zones de restrictions et d’interdictions, avec l’aide de l’IGN.

GPU vs CPU
On termine avec une petite vidéo qui date déjà un peu mais permet de bien comprendre un phénomène très actuel. On dit souvent que l’essor de l’intelligence artificielle est en partie due aux progrès réalisés par les cartes graphiques (GPU). La keynote de NVidia au CES en est la parfaite illustration. C’est pourtant assez contre-intuitif de se dire que la complexité des calculs et analyses de données nécessaires à l’IA est rendu possible par des composants qui, à l’origine, ont été conçus pour le rendu graphique des jeux vidéos et non par les processeurs centraux des ordinateurs (CPU). Cette courte démonstration par les membres de l’émission scientifique Mythbusters permet de mieux appréhender ce principe. En résumé, dédié à une tâche bien précise, le GPU est capable de traiter une quantité de données bien supérieure que le CPU. Et qui dit IA dit d’énormes quantités de données, pour son apprentissage tout du moins.