Le Lab Digest, c’est la sélection plus ou moins hebdomadaire des liens et actualités qui nous ont interpellés : Comma.ai, Facebook Dynamic Ads for Retail et Autotrash.


Comma.ai veut démocratiser les voitures autonomes

Georges Hotz, dont le Lab vous entretient régulièrement des péripéties depuis sa conférence à SXSW, était l’invité de TC Disrupt à San Francisco. L’occasion pour lui de faire le point sur les travaux de sa startup comma.ai, dont l’objectif est de développer un pilote automatique capable de rivaliser avec ceux de Tesla ou BMW. Il a annoncé la sortie pour la fin d’année d’un device, baptisé Comma One, destiné à être positionné en lieu et place d’un rétroviseur sur une voiture. Equipé de capteurs, l’appareil enregistrera la conduite des utilisateurs, afin d’alimenter le moteur d’IA en data. Fort de cette donnée, Hotz pense qu’il sera à même de créer un système rival de l’autopilot de Tesla. Son positionnement stratégique :

« Quand le CEO de Ford aura le choix entre devenir Nokia et devenir Samsung, nous serons là pour lui. »

 Georges Hotz

Retrouvez l’intégralité de son apparition à TC Disrupt :


Facebook connecte la publicité aux stocks magasin

La roi des réseaux sociaux n’en finit plus de bousculer le paysage publicitaire. Dernier exemple en date : « Dynamic Ads for Retail« . Il s’agit d’un format publicitaire qui permet au magasin de connecter leurs stocks pour afficher en temps réel les produits disponibles par magasin. Dès lors le commerçant ne prend pas le risque d’être victime de son succès en vantant un produit indisponible à son inventaire et peut orienter le client vers le magasin le plus proche, optimisant ainsi la génération de trafic en magasin. Le format est dores et déjà testé par Abercrombie & Fitch, Argos, Macy’s, Target et Pottery Barn. Il s’agit d’une extension de la gamme Dynamic Ads Product, également diffusée sur Instagram et qui permet déjà de pousser des descriptifs produits ou de faire du cross-selling, en s’adaptant aux intérêts de l’utilisateur connus de Facebook. Facebook se positionne ainsi un peu plus comme un canal publicitaire incontournable, pour les acteurs du digital comme pour ceux du monde physique. Il souligne également, s’il était encore besoin de le faire, la nécessité pour les distributeurs de penser de manière unifiée les parcours de shopping en s’appuyant sur les atouts du digital (information produit personnalisée et immédiate) et du monde physique (accès au produit immédiat).

dynamic-ads-for-retail-facebook


Le machine learning pour le tri des déchets
Nous vous l’annoncions lors de notre couverture de SXSW, nous allons voir arriver une vague de startups basées sur l’application de l’Intelligence Artificielle sur des problèmes du quotidien. C’est celui bien connu du tri des déchets qui a été exploré par une équipe candidate au hackathon de TC Disrupt, avec un projet justement nommé AutotrashAutotrash est donc une poubelle avec 2 compartiments pour 2 types de déchets. Le récipient est équipé d’une caméra reliée à Tensorflow, le moteur de Deep Learning de Google. Après apprentissage, la poubelle est capable de placer le détritus dans le compartiment correspondant. Un projet artisanal certes, mais qui démontre une nouvelle fois la variété des domaines dans lesquels l’IA va avoir un impact.