Le Lab Digest, c’est la sélection hebdomadaire des liens et actualités qui nous ont interpellés : l’affluence prévisionnelle dans Google Search, les hologrammes interactifs de Fairy Lights et Henry de Oculus Story Studio.

Google Search et les files d’attentes
Lorsque vous recherchiez un magasin dans Google Search, vous aviez déjà accès à nombre d’informations utiles : adresse, itinéraire, téléphone, horaires d’ouverture, etc. Désormais, vous pouvez également connaître le meilleur moment pour vous y rendre, grâce aux tendances d’affluence du lieu, jour par jour et heure par heure. Ce qui n’est pas très clair encore, c’est la manière dont Google collecte ces data et les actualise. Il semble que le tracking des utilisateurs de Google Maps n’y soit pas étranger.

Blue_coffee

Fairy Lights
Au Lab, nous nous intéressons beaucoup aux technologies holographiques et connaissons bien leurs limites en matière d’interaction notamment. Ces limites sont sur le point d’être repoussées grâce aux travaux des Japonnais de Digital Nature Group et à leurs Fairy Lights. Il s’agit d’hologrammes générés dans l’air, par un laser haute intensité et qui réagissent au toucher. Plus exactement, le dispositif détecte quand quelque chose entre en contact avec l’objet 3D diffusé (par reconnaissance de la modulation de la fréquence de l’onde lumineuse) et peut donc réagir en conséquence. Se limitant pour l’instant à des objets de moins d’1 cm³, ces travaux sont néanmoins très prometteurs.

Henry
Oculus Story Studio est la branche de Oculus VR dédiée au storytelling et à la création de contenu. La sortie de son deuxième court-métrage est prévue pour 2016, à savoir en même temps que la commercialisation de la version commerciale de l’Oculus Rift. Henry raconte ainsi l’histoire d’un hérisson qui fête son anniversaire. Si le sujet n’a rien de passionnant au premier abord, c’est plutôt la nouvelle grammaire narrative de la réalité virtuelle, qu’Oculus est en train de construire, qui nous intéresse. Henry se veut ainsi beaucoup plus ambitieux que Lost, la première production de Oculus Story Studio. Dans Lost, le studio avait commencé à étudier certains aspects de la narration spécifique à la VR comme la manière de canaliser l’attention du spectateur dans une direction précise. Mais du propre avis de l’équipe du film, ce premier opus était loin de saisir toutes les contraintes et d’embrasser toutes les possibilités de cette nouvelle forme de storytelling. Ce regard critique et clairvoyant à l’égard de Lost nous laisse donc plus qu’impatient à l’idée de découvrir Henry !