Article publié initialement sur Les Echos Start.

Chaque année, le monde de la distribution se réunit à New York pour le Retail Big Show, pour découvrir comment la technologie va permettre d’améliorer l’expérience des clients en magasin. Le secteur, en plein doute devant la baisse de fréquentation des magasins physiques et la montée en puissance du e-commerce, cherche un second souffle. A travers les centaines de nouveautés présentées par les grands du secteur et les startups se dessinent les tendances qui vont impacter notre manière de faire du shopping.

Des robots et des drones dans les magasins

De nombreux robots circulaient dans les allées du salon, avec notamment un fort contingent de Pepper, le robot humanoïde japonais conçu à l’origine par une startup française. Pepper se voit confier le rôle d’agent d’accueil, capable d’aider les clients à trouver leur chemin dans le magasin ou encore de donner des conseils sur les produits. Mais les robots prennent également une autre dimension en permettant d’aider à gérer un magasin : Simbe Robotics présentait ainsi Talley, un robot longiligne qui se promène de manière autonome dans les rayons d’un supermarché. Il est capable d’éviter les obstacles et peut même circuler entre les clients et leurs caddies sans danger. Equipé de caméras et d’algorithmes de reconnaissance d’images, il inspecte un à un tous les rayons pour vérifier s’ils sont bien rangés, que le prix affiché est le bon et s’il reste du stock : en cas de problème il envoie une alerte aux employés pour qu’ils se chargent de régler le problème. La startup Lakeba propose, elle, un drone appelée Shelfie, capable d’effectuer un travail similaire dans un entrepôt.

Réalité Augmentée & Réalité Virtuelle

Maintenant que les casques de réalité virtuelle sont devenus abordables et que Pokemon Go a démocratisé la Réalité Augmentée, les géants de la distribution sont prêts à s’emparer de ces technologies. Alibaba, le géant du e-commerce chinois, propose à ses clients de «tester » virtuellement certains produits de son catalogue à l’aide d’un casque de Réalité Virtuelle : une façon de visualiser, par exemple, si ce nouveau canapé ira bien dans votre salon avant de l’acheter. A nouveau, la même technologie servant à inventer de nouvelles expériences client peut également être utilisée pour mieux gérer un magasin : Intel propose aux distributeurs d’utiliser leur solution inContext pour voir et modifier en temps réel l’agencement des produits dans les rayons. La startup italienne Invrsion propose quant à elle un système similaire, en invitant ses clients dans de gigantesques entrepôts vides. Une fois muni d’un casque, les professionnels de la distribution peuvent ainsi se projeter dans leurs magasins et visualiser différentes données : zones fréquentées, merchandising, planogrammes…

Des prix dynamiques

Si vous êtes utilisateur d’Uber, vous êtes sans doute familier avec le surge pricing : quand la demande est forte, Uber fait augmenter le prix des courses pour attirer plus de chauffeurs et ainsi satisfaire la demande. Ce genre de pratique, courant dans le e-commerce, pourrait voir le jour dans nos magasins. L’idée est simple : ce pull soldé à 40% que vous avez envie d’acheter, si on vous le propose à seulement -35% et que le stock est limité, vous seriez tenté de l’acheter quand même non ? C’est ce que permet la startup Billionaired Labs avec sa solution Point93. La startup collecte un maximum de données via l’appli mobile liée au magasin, et les consommateurs scannent le code barre de l’article qui les intéresse. Ont ensuite lieu des enchères inversées, permettant aux marchands de ne réduire le prix que du strict minimum et donc de conserver leurs marges. Reste à savoir si les consommateurs, dont beaucoup reprochent à Uber le surge pricing, accepteront ce retournement de situation.

Des employés connectés

Les employés de la distribution sont au cœur des préoccupations du secteur, qui reste le plus gros employeur aux Etats-Unis. Si la technologie aperçue au salon a souvent pour objectif de diminuer leur nombre (comme le bras robotique de la startup Right Hand Robotics, qui remplit et emballe les colis destinés au e-commerce), les employés ont pourtant un rôle clé à jouer pour créer une réelle expérience en magasin. En effet, le meilleur moyen d’inciter les consommateurs à continuer à venir faire leurs achats dans le monde physique est de jouer à fond la carte du conseil. La technologie est donc ici utilisée pour donner des super pouvoirs aux employés : la startup Theatro propose de les équiper d’une oreillette avec un microphone. Les vendeurs peuvent ainsi se parler entre eux mais également interroger la base de données (« Est-ce que nous avons encore tel produit en stock ? »). Le système permet également de paramétrer des alertes : si les caméras détectent qu’un client attend depuis 1 minute devant le rayon chemises, un vendeur recevra une alerte lui indiquant qu’un client a besoin de ses conseils.

Plus jamais la mauvaise taille

Avec des tailles qui diffèrent d’une marque à l’autre, il est souvent difficile pour les consommateurs de sélectionner le bon produit dans le domaine de l’habillement. De nombreux entrepreneurs cherchent à remédier à ce problème via l’utilisation de technologies de scan 3D : recréer une image virtuelle du client afin de lui proposer la bonne taille. Les suédois de Volumental ont développé un scanner destiné à être placé dans un magasin de chaussures. Le client met son son pied dessus et en quelques secondes le marchand disposera d’une image 3D du pied de son client, et pourra ainsi choisir la taille correspondante. SOLS, une startup New Yorkaise, propose quant à elle une application mobile permettant à ses clients d’obtenir un modèle 3D de leur pied en prenant simplement 3 photos via son application mobile. Le client doit ensuite répondre à quelques questions pour affiner son profil (poids, taille, sportif/pas sportif). La startup se sert de la donnée collectée pour créer une semelle, imprimée en 3D, permettant un maintien parfait du pied.